Auteur : Milène Sinem Karatas.

Editeur : Thaddée. Collection : Témoignages

Date de parution : 2 juin 2016  - ISBN : 978 2919131310 - Prix : 12,00€

Extrait de la préface d’Ahmet Insel: Une Turquie plurielle, reconnaissant l’égalité irréductible des identités ethniques, religieuses, culturelles qui la composent est l’utopie que partage aujourd’hui une partie des habitants de ce pays. Ils ne sont pas très nombreux. Mais ils ne sont pas non plus une quantité négligeable.

André du Bus. Accueil du président du Nagorno Karabagh au parlement bruxellois avec mes collègues des autres partis.

Des échanges qui ont permis de mieux cerner les enjeux de ce pays en attente d’une reconnaissance de la communauté internationale et pris dans un conflit gelé avec l’Azebaïdjan depuis 23 ans. Un conflit qui s’est ranimé voici deux mois avec de nombreuses victimes. La situation du Nagorno Karabakh reste la clé de voûte d’un fragile équilibre dans le Caucase du Sud, un équilibre aujourd’hui mis à mal par les tensions entre la Turquie et la Russie.

http://www.andredubus.be/accueil-du-president-du-nagorno-karabagh-au-parlement-bruxellois/

Nous avons célébré, le 22 mai 2016, le trentième anniversaire de la création du Centre Social Arménien Arpag Mekhitarian.

A l’Eglise, le matin, nous avons assisté pendant la messe à un requiem pour les personnes disparues, membres fondateurs ou membres actifs du CSA.

Ensuite nous nous sommes retrouvés au Hay Doun pour y célébrer cet anniversaire.

Organisée par la FEAJD, sous le parrainage de l’eurodéputé Charles Tannock, une conférence a réuni le 31 mai au Parlement européen un panel de spécialistes sur le thème « Armenian Genocide - Recognition & Restoration of Cultural Heritage ». Les intervenants étaient le juriste turc Cem Sofuoglu, Dr. Ove Bring de l’Université de Stockholm, les journalistes Dogan Özgüden et Guillaume Perrier.

Un clip vidéo de la conférence : https://www.facebook.com/European.Armenian.Federation/videos/vb.489125751104715/1350231818327433/?type=2&theater

"Il y a un an, jour pour jour, nous étions réunis devant ce même monument, avec le réconfortant sentiment que le ciel allait enfin s’éclaircir, suite à une série de déclarations musclées de plusieurs chefs d’Etat. Monsieur Charles Michel et des hommes politiques de tous bords de notre pays s’engagèrent dans cette voie. J’en profite aujourd’hui, au nom de la communauté arménienne de Belgique, pour leur exprimer tout le respect que nous leurs portons.

Il ne fallait pas chercher à lire entre les lignes. Les mots étaient clairs. Le négationnisme semblait en prendre pour son grade.