« Le génocide des Arméniens reste une blessure ouverte »

Le Vif/L'Express - 30/01/2015

Entretien avec Bernard COULIE 

Pour l’ancien recteur de l’UCL, l’Arménie est devenue une seconde nature. Spécialiste des langues anciennes, il s’est retrouvé plongé, presque malgré lui (il rêvait d’être prof de latin-grec), dans le chaudron de l’actualité la plus brûlante. Parfois, la plus douloureuse. L’érudit qui exhume des manuscrits inédits de monastères et bibliothèques orientales a un point de vue reconnu – et indépendant – sur la question arménienne. Faut-il pénaliser la négation du génocide des Arméniens ? L’adhésion de la Turquie à l’Europe est-elle souhaitable ? Que serait l’arménité sans le génocide ? Avec Le Vif/L’Express, Bernard Coulie ouvre l’année cruciale du centenaire du premier génocide du XXe siècle. 

http://bernardcoulie.com/wp-content/uploads/2015/02/LeVif.pdf