Le film The Promise pris dans une tempête politique

Toronto Sun. Par Bruce Kirkland -12/09. Traduction Collectif VAN - 16/09 

Le nouveau drame historique The Promise, dont la Première mondiale vient juste de se tenir au Festival International du Film de Toronto, est désormais pris dans une tempête négationniste concernant le génocide arménien.

Comme je l'ai écrit lundi, 10 291 personnes ont voté au sujet du film sur le site Internet Movie Database (http://www.imdb.com/title/tt4776998) la plupart d'entre elles donnant de mauvaises notes qui indiquent de manière stupide que The Promise est un mauvais film. Mais la vérité est que la plupart de ces personnes n'ont pas vu le film.

Seule une fraction de ces 10 000 et plus - sans compter les milliers d'autres qui vont attaquer le film dans les heures, jours et mois à venir à cause du déni turc prétendant que ce génocide n'a jamais eu lieu - ont eu la possibilité de voir le film qui n'a fait l'objet que de deux séances de projection à ce jour.

Donc, tout cela est politique, même si le metteur en scène, Terry George, a essayé de privilégier la romance dans son film. The Promise met en scène Christian Bale, en tant que journaliste américain, et Oscar Isaac, dans le rôle d'un étudiant en médecine arménien. Les deux hommes aiment la même femme, dans l'Empire ottoman, durant les événements cataclysmiques de la Première Guerre mondiale. Ces évènements sont réels, tous documentés, et incluent des scènes de meurtres de masse d'Arméniens par des Turcs, a dit George. Mais l'histoire romantique est une fiction.

"C'est le coeur du film" a dit George au cours de la conférence de presse de lundi, en parlant de la romance. "Je veux que le public se déplace pour cette expérience divertissante. Nous espérons que nous avons là une bonne vieille histoire d'amour."

Malgré cette position, George sait pertinemment que le génocide arménien de 1915 est un sujet brûlant, un de ceux qui ne lui font pas peur. George a porté au cinéma en 2004, Hôtel Rwanda, une histoire sur un génocide africain. 

George a dit que la situation arménienne est compliquée : "Il y a l'influence politique du gouvernement turc qui a, depuis un siècle, réussi à étouffer, réprimer et nier cet événement. Et aujourd'hui, l'influence de la Turquie est plus importante que jamais et c'est une pierre de touche pour elle.

À chaque fois que le génocide arménien est mentionné, qu'il s'agisse du Centenaire ou d'un film comme celui-ci, il y a immédiatement un barrage négationniste. Mais ce n'est pas la question... La grande majorité de la recherche historique a déterminé qu'il s'agissait d'une tentative planifiée d'éliminer la nation arménienne. Et nous avons besoin d'aller au-delà de cette discussion de diversion pour en expliquer la cause. Pourquoi ceci est arrivé et comment nous surmontons cela et comment nous réconcilions ces deux nations à nouveau ? Portons le débat au grand jour."

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.